Aller au contenu

Presse

ARTICLE ESCRIT PAR RINA KOMORÁDOVÁ DANS LE MAGAZINE MAITREA DE REPUBLIQUE TCHÈQUE, PUBLIÉ EN OCTOBRE 2013

Dans la danse de la Conscience Universelle

« A l’école, puis plus tard dans la vie professionnelle, on nous a encouragé à donner la priorité à deux choses : penser et faire de l’argent. Heureusement, de plus en plus de gens veulent aujourd’hui revenir à leurs racines « , explique le musico-thérapeute et professeur de danse transpersonnelle Rodolphe Schlachet. Et comment y parvenir d’une meilleure manière que par la musique et les tambours ?

Rodolphe drumming

Rodolphe drumming

Rodolphe, qu’est-ce que c’est la danse transpersonnelle?

C’est une danse qui surgit de notre nature profonde – pas de notre personnalité. Souvent, en soi, nous avons une idée de qui nous sommes et de qui nous voulons être ou ne pas être. Mais ce n’est généralement pas notre vraie nature. Au cours de cette danse, nous cherchons à nous reconnecter à notre vraie nature, car elle va au-delà de notre personnalité. C’est pourquoi elle est appelée transpersonnelle.
Afin d’être dans cet état, j’utilise trois éléments – la respiration, la liberté de mouvement et la percussion en direct. Et si vous réussissez à les combiner vous ferez l’expérience de quelque chose de merveilleux …! A ce moment, les frontières entre respiration, mouvement et musique, se dissolvent et se fusionnent en une seule et même chose qui contient tout à la fois. Vous êtes le danseur qui danse la musique, et vous êtes aussi la musique qui danse le danseur !

Vous avez dit que lors de la danse il se peut se produire une réunification avec notre vraie nature. Cela signifie que dans la vie quotidienne nous nous sommes déconnectés d’elle. Qu’est-ce qui a provoqué cette déconnexion ?

C’est une bonne question … Bien sûr, je ne parle pas pour tout le monde, parce-que chacun de nous est un monde en soi, mais je pense que l’éducation, la civilisation, l’industrialisation, et les religions imposées peuvent très fortement avoir des influences. Nous avons été encouragés à ne plus écouter notre corps, ne pas exprimer nos émotions et ne pas faire confiance à notre intuition ! A l’école, puis et plus tard dans la vie professionnelle, on nous a encouragé à nous comporter d’une manière stéréotypée et à donner la priorité à deux choses: penser et faire de l’argent.
Heureusement, je vois que de nos jours de plus en plus de gens veulent savoir qui ils sont. L’OMS a publié un article sur le retour aux racines et l’importance d’apprendre à rétablir la relation avec notre corps. Pour moi, notre corps est l’outil le plus important dans l’apprentissage de soi-même. Très simplement et très rapidement il nous donne une idée de ce qui fonctionne et de ce qui ne fonctionne pas dans notre vie. C’est un excellent baromètre de la conscience, et en même temps c’est le temple de notre soi.

« Je vois qu’aujourd’hui de plus en plus de gens apprennent à rétablir une relation avec leur corps. »

Disons que par la danse transpersonnelle on peut se connecter avec notre véritable essence. Comment pouvons-nous maintenir cette connexion dans la vie quotidienne ?

Je pense que cela dépend de chacun, de sa propre vie, de comment il l’organise, de ses perceptions, des décisions qu’il prend à chaque instant. Je n’ai pas de recette universelle magique pour tous … C’est une question qu’on me pose souvent à la fin des stages. Danser librement tous les jours peut très certainement aider à libérer son corps, rentrer en contact avec ses émotions, et maintenir cette connexion. Mais la question à se poser en rentrant à la maison est :  » Quelles sont les activités que je fais et qui me séparent de ma vraie nature ?  »
C’est un défi pour nous tous. Faire des exercices de respiration ou de la danse tous les jours peut nous aider. Mais si nous continuons à faire des choses que nous n’aimons pas, ou vivre contre notre propre nature, il est probable que la connexion avec notre essence soit intermittente ou se perde. Dans ce cas, nous aurons besoin de faire un changement profond dans notre vie.

Et quelle est la recette qui fonctionne pour vous? Que faites-vous personnellement?

Je joue du tambour. Chaque jour, si possible. Pour moi, c’est une forme de méditation avec laquelle je fais le vide mental et je me centre. Je pratique aussi le yoga. Ces deux choses, le tambour et le yoga, me font vraiment du bien, et me ramènent vers un état de complétude, d’harmonie. C’est important pour moi, et s’il arrive que je ne joue pas un jour, je me sens moins bien. J’aime danser aussi, et donner des stages à la campagne, à l’air frais et les pieds nus dans l’herbe si possible. C’est une expérience complètement différente et la connexion avec vous-même est beaucoup plus intense.

Cette partie de notre discussion me rappelle une vieille histoire indienne: Les personnes malades de la tribu vont voir le chaman local pour guérir. Il leur pose une question: : « Quand avez-vous arrêter de danser et de chanter ? » 
Alors, pourquoi pensez-vous que nous nous sommes arrêtés de danser et chanter?

Selon moi, des centaines d’années de christianisme mal compris, de persécutions et de chasses aux sorcières ont eu comme effet possible d’emprisonner la liberté de pensées et de mouvements. Les rites païens qui permettaient des expériences de connexion directes au soi supérieur ont été considérés comme diaboliques. Les rituels et célébrations naturels et millénaires de chants, danses et les percussions qui les accompagnaient ne plaisaient pas à l’Eglise (et aux rois). Au nom de l’Amour du Christ, ils ont exterminé des millions d’innocents, essayé de faire disparaître les sciences ancestrales, les sagesses millénaires, et de plonger le monde presque entier dans la peur, le rejet du corps, et la déconnexion de notre propre nature. Il est dit que dans le passé lointain, les praticiens du christianisme ont brûlé tous les tambours qu’ils trouvaient.

Quel est le rôle du tambour pendant la danse transpersonnelle?

C’est difficile de le décrire avec des mots. Une expérience directe serait bien meilleure … {Pensée} Ses vibrations profondes peuvent rentrer rapidement et parfaitement en résonance avec notre propre corps, et nous enracinent. En même temps notre deuxième chakra, associé à notre créativité, commence à vibrer et à libérer de l’énergie, et notre corps commence à nous parler ; nous percevons beaucoup mieux  la nécessité de prendre un rythme, et de rentrer dans la danse.
Du point de vue de la musique sacrée, le son du tambour entre en résonance avec la conscience universelle, avec les sons de l’univers. Mais le plus important, ce n’est pas seulement le tambour, ni comment il est joué; c’est l’intention du musicien, sa sensibilité et son écoute des danseurs pour qu’ils puissent danser au delà de leur personnalité.

Je sais vous que vous possédez plusieurs types de tambours. Qu’est-ce que vous utilisez pour vos ateliers, séances ou classes percussion?

Ça dépend de la situation. En séances individuelles et en leçons, parfois je me sers de mon tambour chamanique, parfois de mon djembé. Dans la danse transpersonnelle, le rythme est très important et les sons graves aussi ; mon intention est alors de synchroniser la respiration avec le mouvement du corps, de faire circuler l’énergie entre le chakra du cœur et le chakra du plexus solaire. La pulsation du djembé facilite beaucoup ce processus. Chacun d’entre nous peut se lâcher complètement et libérer le souffle qui nous anime et nous soutient ! Ne pas penser à quoi que ce soit – il suffit de laisser son corps résonner avec le tambour.
{Pause} Ma motivation en tant que musicien et thérapeute est d’aider les gens à découvrir ce dont ils ont besoin pour se révéler et toucher leur véritable essence. Le but particulier de chaque participant est unique, mais l’objectif global est de se reconnecter avec soi-même, et avec la nature. Danser en communion avec les divers aspects de la nature – comme la nuit, les étoiles et la lune – est une expérience inoubliable ! Il y a beaucoup d’options

Notre conseil:
Venez toucher l’incompréhensible et libérer votre danse interne; vous en avez besoin.  Rodolphe arrive en République Tchèque fin septembre pour que nous partagions le même espace-temps avec et à travers son tambour; il nous emmènera à la campagne en dehors du temps et de l’espace.
Le rythme du tambour et votre cœur peuvent danser le week-end 28 à 29 Septembre Kostelec nad Orlici dans un centre de méditation de Vila Sklenářka.
Auteur de l’article: Rina Komorádová

-web:  http:/magazin.maitrea.cz/ve-viru-tance-univerzalniho-vedomi/

Et très prochainement à DUNKERQUE les 5 et 6 octobre 2013
– Renseignements : jerome.gadeyne@free.fr
– web : www.dudumba.net